Adoption de la rédaction inclusive et épicène

Rédigé par: admin admin le 08 / 03 / 2019

img-news

L’Unité de soutien a adopté cette année la rédaction inclusive et épicène afin d’assurer une égale représentation des femmes et des hommes dans le discours sur la recherche axée sur le patient et la patiente au Québec.

 

En ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes, nous partageons avec la communauté de la recherche en santé le guide pratique que nous avons développé afin de faciliter l’application de cette mesure.

À qui ce guide s’adresse-t-il?

Ce guide pratique et facile d’utilisation est d’abord destiné à toutes les parties prenantes de l’Unité de soutien SRAP du Québec afin de leur permettre de prendre la voie de la rédaction inclusive et épicène. Il intéressera également toutes les personnes oeuvrant dans le domaine de la santé.

Pourquoi produire un guide sur la rédaction inclusive et épicène?

L’adoption de ce guide s’inscrit dans la volonté d’assurer une égale représentation des hommes et des femmes dans le discours de la recherche axée sur le patient et la patiente (RAPP) au Québec. À notre connaissance, l’Unité est la première entité du réseau canadien de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SPOR/SRAP) à adopter de telles lignes directrices pour l’écriture en français. Par cette initiative, nous souhaitons vivement encourager d’autres entités du réseau à suivre la même voie.

 

Passer à la rédaction inclusive et épicène s’inscrit dans le mandat de l’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH), l’un des treize Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). En effet, pour « accroître l’intégration des considérations relatives au genre et au sexe [dans la recherche] en santé de toutes les disciplines[1] », il est crucial de se soucier aussi de la représentation du sexe et du genre dans le discours de la recherche en santé.

Objectifs du guide pratique

(1) Inclure les femmes afin de représenter les deux genres

Traditionnellement, les règles d’écriture prescrivent l’emploi du masculin dit « générique ». Cette approche de la langue française repose sur l’idée que la forme masculine a une valeur universelle. Or, cela a pour effet d’effacer les femmes du discours et, ainsi, de renforcer les iniquités de sexe et de genre déjà présentes non seulement dans la réalité sociale, mais aussi dans la recherche, comme nous le rappelle le mandat de l’ISFH.

 

Afin d’assurer une égale représentation des femmes et des hommes dans le discours, il est recommandé :

i)   D’inclure la forme féminine d’un nom à côté de sa forme masculine (ce qu’on appelle un « doublet ») ;

ii)   D’opter pour des formes neutres (dites « épicènes ») en lieu et place du masculin dit « générique ».

Ces deux principes de base se déclinent en quelques règles qui sont expliquées dans les pages suivantes.

(2) Uniformiser les communications

Actuellement, il existe un grand nombre de recommandations et de normes variées, voire contradictoires, pour la féminisation et la rédaction épicène, ce qui complique les tâches de rédaction et de révision linguistique.

 

Ce guide pratique respecte le plus récent « Avis » publié par l’Office québécois de la langue française (OQLF) dans la Gazette officielle du Québec[2]. Il propose un ensemble de règles de rédaction inclusive et épicène cohérent et adapté au milieu de la recherche en santé afin d’uniformiser le style des communications et documents issus de l’Unité de soutien SRAP du Québec.

(3) Intégrer la contribution des parties prenantes dans une logique de coconstruction

Afin que les recommandations linguistiques exposées dans ce guide soient réellement applicables dans votre milieu de travail au quotidien – afin qu’elles soient réellement utiles et pertinentes pour vous –, nous vous encourageons à nous faire parvenir vos questions et commentaires via un formulaire en ligne : bit.ly/2QSk49V. Les contributions reçues permettront d’orienter la bonification du document.

Guide pratique : la rédaction inclusive et épicène pour la recherche en santé

[1] C’est l’objectif 1 du plan stratégique quinquennal de l’ISFH. (Canada, Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC, Façonner la science pour un monde en meilleure santé : Stratégie 2017, Ottawa, IRSC, 2014, p. 22. Fichier PDF consulté le 14-12-2018. En ligne : http://www.cihr-irsc.gc.ca/f/documents/igh_s17_report-fr.pdf)

 

[2] Québec, Office québécois de la langue française, « Avis du Comité d’officialisation linguistique sur la féminisation », Gazette officielle du Québec, no 27, 7 juillet 2018, p. 417. Fichier PDF consulté le 14-12-2018. En ligne : www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/officialisation/avis-goq-feminisation-20180707.pdf