Projet de démonstration de l’Unité


Améliorer la capacité de repérage et d’intervention en première ligne auprès des patients ayant des besoins de soins complexes et à risque de grande utilisation des services de santé.

La réalisation d’un projet de démonstration fait partie du mandat de chaque Unité SOUTIEN SRAP. L’objectif est de démontrer qu’en travaillant ensemble, les différentes composantes de l’Unité peuvent avoir un impact concret et mesurable sur les soins offerts aux patients.

Le projet de démonstration de l’Unité s’intéresse à une problématique prioritaire pour les patients, les cliniciens et les gestionnaires du système de santé et des services sociaux. Il innove en mobilisant les patients et leurs proches à la fois dans la gouvernance du projet, mais aussi à toutes les étapes, incluant l’analyse des données et leur interprétation. Il permet d’améliorer une intervention de gestion de cas en y intégrant la dimension intersectorielle et de consolider la prise de décision partagée interprofessionnelle. De plus, le plan intégré d’application des connaissances permettra le transfert des apprentissages réalisés en cours de projet. Ultimement, le projet de démonstration contribue à améliorer la santé des personnes ayant des besoins complexes de soins et de réduire les coûts associés à une utilisation inadéquate des services d’urgence.

 

Bref historique d’un projet permettant l’amélioration de la qualité des soins et l’optimisation des ressources.

Au départ, ce sont les professeures Catherine Hudon et Maud-Christine Chouinard qui ont mis sur pied le projet V1SAGES, financé par le FRQS et les IRSC, permettant d’implanter et d’évaluer, au Québec, une intervention de gestion de cas. Cette intervention est réalisée par des infirmières en Groupes de médecine de famille (GMF), pour des patients ayant des besoins de soins complexes. Ces patients, de par leur condition, deviennent souvent ce que l’on appelle de grands utilisateurs de services de santé.

Ces personnes présentent des maladies chroniques, pour lesquels des soins ambulatoires adéquats peuvent éviter des complications et donc, des visites à l’urgence et des hospitalisations. En effet, les soins reçus par ces patients sont souvent fragmentés, épisodiques et ne répondent pas toujours à leurs nombreux besoins. De plus, cette clientèle présente souvent des problèmes psychologiques et/ou sociaux jumelés à leurs conditions chroniques. L’intervention de gestion de cas permet donc une offre de soins adéquate à ces patients.

Les résultats du projet V1SAGES démontrent que suite à l’intervention, l’expérience des patients et de leur famille s’est avérée très positive face à l’intégration des soins et services. Les résultats sont également prometteurs au niveau de la diminution de la détresse psychologique et du sentiment d’auto-efficacité face à leur condition. En somme, les patients prennent confiance en leur capacité de gérer leur maladie.

Le projet V1SAGES, en voie d’implantation dans 11 GMF du Saguenay-Lac-Saint-Jean, a également mis en évidence le besoin de mieux identifier la clientèle complexe avec maladies chroniques à risque de devenir grande utilisatrice de services. La subvention de recherche récemment octroyée par le FRQS à Dre Hudon et son équipe servira justement à développer et évaluer un outil de repérage de ces patients pour leur offrir des soins plus adaptés à leurs besoins.

 

Avec son projet de démonstration, l’Unité SOUTIEN permet de mieux connaître la réalité des personnes ciblées et inclut le patient à toutes les étapes de la recherche.

Le projet des professeures Hudon et Chouinard, prend donc une nouvelle ampleur avec l’apport de l’Unité SOUTIEN et de ses composantes.

En effet, les travaux entrepris se verront bonifier par les objectifs du projet de l’Unité :

  • Repérer des patients à risque de devenir de grands utilisateurs
  • Améliorer l’intervention V1SAGES en intégrant davantage les dimensions sociale et communautaire et en développant un outil d’aide à la décision partagée interprofessionnelle
  • Préparer un protocole d’essai clinique randomisé pragmatique pour évaluer l’impact des interventions.

L’Unité fournit donc, par le biais de ses différentes composantes, une expertise additionnelle qui favorise la recherche axée sur le patient à plusieurs égards :

  • L’intégration de partenariats avec des patients et des proches aidants dans toutes les étapes de la démarche de recherche, de la mise en œuvre du projet à la diffusion des connaissances, en passant par la cueillette et l’analyse des données.
  • L’accès aux données et la capacité de jumelage et d’analyse de données pour développer un outil de repérage.
  • L’organisation d’un sommet scientifique, afin de susciter la collaboration participative d’autres équipes de recherche ayant des thématiques complémentaires aux plans communautaire et social.
  • La bonification des outils cliniques utilisés actuellement vers des outils d’aide à la décision clinique interprofessionnelle partagée avec les patients et leurs proches.
  • La création d’une mesure de résultats fondée sur les besoins décisionnels identifiés par les patients, proches, praticiens et gestionnaires de cas.
  • L’évaluation du partenariat avec les organisations.
  • La planification d’un essai clinique randomisé pragmatique, pour évaluer l’impact des interventions en première ligne et dans le continuum de soins.