L’Unité de soutien SRAP du Québec et le Collège québécois des médecins de famille ont collaboré pour évaluer le potentiel de mise à l’échelle des innovations en soins primaires

Rédigé par: Unité de Soutien SRAP le 22 / 10 / 2020

img-news

Dr Ali Ben Charif, ses collègues de l’Unité de soutien SRAP du Québec et le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) ont publié un article sur l’évaluation du potentiel de mise à l’échelle des innovations en soins primaires. L’Unité de soutien SRAP du Québec et le CQMF ont collaboré pour valoriser et promouvoir l’excellence en médecine de famille au Québec. Cette collaboration a permis de recenser des données probantes provenant de 24 innovations et d’en évaluer leurs potentiels de mise à l’échelle en soins primaires au Québec.

La publication ”Assessing the scalability of innovations in primary care: a cross-sectional study” est issue d’une proposition de service suite à un appel du CQMF dans le cadre de leur 2e symposium. Le projet a été conduit par Dr Ali Ben Charif, stagiaire postdoctoral de l’Unité de soutien SRAP du Québec, en collaboration étroite avec des membres de notre équipe d’experts en Recherche sur les systèmes de santé et services sociaux, l’application des connaissances et la mise en œuvre et du CQMF.

Contexte

Les soins primaires constituent un maillon important dans le bon fonctionnement d’un système de santé et de services sociaux, et sont au cœur de réformes importantes dans de nombreux pays. D’une manière générale, les pays ayant un solide secteur des soins primaires affichent de meilleurs résultats de santé à moindre coût. Dans ce contexte, il serait judicieux d’assurer une amélioration continue des pratiques en soins primaires à travers l’identification des problèmes liés aux pratiques cliniques et leurs déterminants, ainsi que la conception et l’implantation d’innovations en vue d’améliorer ces pratiques et les issues de santé.

Résultats

Ces innovations incluaient des interventions de prise en charge (63 %), de prévention (33 %) et thérapeutiques (4 %). Environ 67 % de ces innovations semblaient être mieux préparées pour une diffusion à grande échelle en soins primaires au Québec.

Lire l’article