Symposium

27 avril 2018

Le 27 avril dernier, s’est tenu à Longueuil, le premier Symposium sur l’accès aux données et les systèmes de santé apprenant, organisé conjointement par l’Unité de soutien SRAP du Québec, l’Université de Sherbrooke et Réseau-1 Québec ayant pour but de mettre à l’agenda public qu’un meilleur accès aux données permettrait aux systèmes de santé apprenant d’offrir de meilleurs soins aux Québécois-es. Plus de 160 personnes des milieux de la recherche, de la santé et des services sociaux, universitaires, des patients partenaires et des invités internationaux se sont réunis et ont échangé sur cet enjeu crucial.

Dr Alain Vanasse, directeur scientifique de l’Unité
Dr Alain Vanasse, directeur scientifique de l’Unité, Dre Marie-Josée Hébert, M. Jean-Pierre Perreault,
Tous s’entendent que sans données de qualité et disponibles dans délais raisonnables, ce sont des rendez-vous manqués avec le développement de meilleurs outils, de meilleurs services, de meilleurs soins, tant pour les organisations de santé, les médecins et les professionnels que pour la population.

À l’heure actuelle, les chercheurs du Québec ont un accès limité aux données de santé et le processus pour les obtenir est compliqué et parfois très long. «Une demande d’accès aux données au Québec peut prendre jusqu’à plusieurs années et ce délai compromet la pertinence des résultats obtenus. On invoque le risque associé au partage de données, mais ne pas nous donner accès, c’est aussi un risque! On risque de priver la population d’innovations et de connaissances essentielles à l’amélioration des soins et des services», a déclaré le Dr Alain Vanasse, directeur scientifique de l’Unité de soutien SRAP du Québec.

Pour Yves Couturier, directeur scientifique de Réseau-1 Québec et fier d’être partenaire du Symposium sur l’accès aux données, il ne fait aucun doute que : «L’accès aux données cliniques et aux données populationnelles sont incontournable pour le développement d’un système de santé apprenant. Les quatre réseaux de recherche axée sur les pratiques de première ligne (RRAPPL) du Réseau-1 Québec, sont des partenaires clés pour la mise en place d’initiatives visant à faciliter l’utilisation des données issues des dossiers médicaux électroniques à des fins de recherche. Nous souhaitons qu’à l’issue du Symposium, tous les partenaires œuvrant dans le domaine soient mobilisés pour travailler ensemble afin d’assurer que cette vision d’un système de santé apprenant devienne une réalité», a-t-il affirmé.

Une session de communications par affiche tout en interaction et en réflexion!


Le Québec est actuellement très avancé dans le développement de l’intelligence artificielle. Les universités et d’autres organisations font office de leader en la matière. «Au Québec, nous pouvons compter sur une grande expertise en informatique de la santé et en intelligence artificielle, notamment dans nos universités, pour générer des retombées bénéfiques à partir des données existantes en santé. Un accès optimal à ces données est donc essentiel pour alimenter les systèmes de santé apprenant et améliorer la santé de la population et des patients», s’est exprimé le recteur de l’Université de Sherbrooke, Dr Pierre Cossette.


Vous pouvez consulter les présentations offertes par les présentateurs-trices et les panélistes :


VOIR LES CAPSULES VIDEOS DU SYMPOSIUM